22 octobre 2006

La "parfaite" ménagère de 25 ans

Je ne sais pas pourquoi mais il me faut toujours des jours, des semaines (voire des mois dans les cas extrêmes) pour me mettre à certaines tâches ménagères.
Mais (et je ne sais pas pourquoi non plus) quand l'envie me prend, je deviens une névrosée (et je pèse mes mots) du torchon et de l'éponge.
J'astique, je frotte, je récure, je décape, et le meilleur... j'aspire !
Parce que oui, je l'avoue, je fais partie de ces gens (ces femmes ?) qui prennent leur pied à passer l'aspirateur. Vous pouvez me voir devenir hystérique devant un vulgaire balai mais jamais vous ne me verrez de mauvaise humeur quand j'ai mon aspirateur entre les mains.
Je ne sais pas si ça relève de la psychanalyse, tout comme le fait de changer les meubles de place quand je déprime, ou de me laver frénétiquement les cheveux quand je suis en colère, mais c'est comme ça.
Bref, je viens de passer une heure à récurer la salle de bains qui doit faire à peu près 4 m², autant vous dire qu'elle étincelle et là je m'accorde une petite pause blog en mangeant un bol de céréales (en lisant, ce message, vous devez avoir l'impression que j'ai une vie saine et exemplaire... ou complètement inintéressante au choix), mais le bol est vide et je dois vous laisser... l'appel de l'aspirateur se fait entendre.