06 juillet 2008

Tout à l'heure, j'ai laissé la télé allumée sur MTV pour avoir un fond sonore.
Et alors que j'allais préparer le dîner, j'entends les premières notes de Lili (U-turn de Aaron).
Du coup, je me suis plantée devant l'écran pour voir ce clip que je n'avais jamais vu alors que la chanson me tord les tripes à chaque fois que je l'entends.
Et bien, rien que de voir les images du clip (qui ne sont que des images du film), j'avais envie de pleurer.
Je ne sais pas si vous avez vu "Je vais bien, ne t'en fais pas" mais si ce n'est pas le cas préparez-vous à avoir la gorge nouée le jour où vous le regarderez.
Je m'aperçois que ce film a laissé son empreinte en moi.
Comme "Se souvenir des belles choses" qui m'a touchée comme si cette histoire était arrivée à certains de mes proches.

Et dans un autre genre, j'ai eu un soir l'idée lumineuse de dresser la table devant la télé pour regarder "Le Tombeau des Lucioles"...
Autant vous dire que même si nous avons passé une bien jolie soirée, on a terminé le repas les joues plutôt humides.


3 Comments:

Blogger Gawelle said...

J'ai pas encore vu le film, et j'appréhende de le faire même si j'en ai très envie, je l'ai d'ailleurs acheté...
Cette chanson me fait pleurer aussi, les paroles sont tellement belles en plus.
Je les ai vu en concert, et c'était incroyable
bisous ma belle, à très vite

12/7/08 19:46  
Anonymous Gaor said...

Eh bien vois-tu chère Vichaps, tu m'as fait également acheter le dévédé de 'Je vais bien'. Enfin, tu m'as surtout rappelé la nécessité de cet achat, que j'aurais dû faire depuis longtemps.

Du même réalisateur, il y a 'L'Équipier', qui développe une relation à trois entre deux gardiens de phare et la femme de l'un. L'histoire est un peu académique à mon goût, façon adaptation de roman en téléfilm France 3 avec plus de moyens, mais les acteurs y sont hallucinants de justesse, tous (Bonnaire, Torreton, Derangère). Ce type d'histoire mettant en scène des humains "coincés" dans leur quotidien (pourtant heureux) jusqu'à l'arrivée d'un élément externe éveillant des envies de nouveauté trouve toujours un écho chez le spectateur qui y coupe difficilement au cours de sa vie.

'Le Tombeau des lucioles' est le seul film que j'aie revu aussitôt après son générique de fin. Dur mais si beau.

13/7/08 19:23  
Blogger Gawelle said...

L'équipier est magnifique également, quelle beauté ( dans tous les sens du terme...)
Mademoiselle du toujours même Lioret est aussi un moment curieux...avec Gamblin, ça te plairait Virginie je pense
Bisous ma belle, jpense beaucoup à toi

26/7/08 15:38  

Enregistrer un commentaire

<< Home